Semaine Nationale des bénévoles

Une semaine de mercis à très haute voix!

Sans eux, nous n’y arriverions pas. Les bénévoles – plus de 200 – qui oeuvrent chez nous sont un maillon indispensable à la poursuite de notre mission. Aux soins, à la réception, à l’entretien, à la cuisine, et plus encore ; ils cumulent environ 21 000 heures de travail bénévole par année à la Maison de soins palliatifs.

Bon, d’accord, ils ne font pas ce travail pour les honneurs. Mais cette Semaine de l’action bénévole (15 au 21 avril) est la leur et nous saisissons l’opportunité de leur rendre hommage.

Ces dévoués travailleurs, retraités et professionnels de la santé donnent en moyenne quatre heures par semaine ou aux deux semaines. D’autres bénévoles offrent leur temps à fréquence variable, selon les besoins de la Maison ou encore quelques fois par année pour épauler l’équipe d’organisation des événements et du financement.

Les bénévoles apportent leur contribution dans différents domaines, services ou tâches telles que la réception, la buanderie, l’entretien ménager, la cuisine et les pâtisseries maison, les soins, l’entrée de données, le jardinage, l’entretien de la pelouse, les événements et le financement, la reconnaissance des donateurs, le suivi de endeuillés, le travail administratif et la traduction. Nous bénéficions également des services bénévoles d’une coiffeuse, d’un électricien, d’une musicienne et d’un massothérapeute (qui a donné à la Maison une demi-journée à chaque semaine depuis son ouverture), pour ne nommer que ceux-là.

La reconnaissance rejaillit cette semaine partout au pays sur tous ces généreux « donateurs de temps, de talent et d’énergie ».

Si vous souhaitez aussi donner votre temps à la Maison de soins palliatifs Vaudreuil-Soulanges, vous êtes les bienvenus au sein de l’équipe de bénévoles.

La Semaine de l’action bénévole, qui se déroule sous le thème « Célébrons la valeur du bénévolat – Renforçons la confiance, la compétence, les liens et la collectivité » (au Québec, sous le thème « je bénévole, tu bénévoles, conjuguons notre bénévolat ! », a été instaurée en 1943 au Canada pour rendre hommage aux femmes qui avaient participé à l’effort de guerre. La popularité de cette semaine de célébration du bénévolat a peu à peu décliné après la fin de la Deuxième Guerre. Elle a connu un regain au cours des années 60 et fut éventuellement célébrée annuellement aussi aux États-Unis.


Les pommes de terre qui ont allumé la flamme du bénévolat

Elle devait descendre à la cave pour y prendre des pommes de terre dans la chambre froide, qu’il faudrait ensuite éplucher pour la préparation du repas en prévision de l’arrivée de ses enfants, avait-elle affirmé. Mais voilà, Antonia ne cuisine plus et il n’y a pas de chambre froide là où elle vit… les derniers jours de sa vie. Pourtant, la préposée aux bénéficiaires Julie Bouchard, n’ayant que le bonheur de la dame en tête, se presse vers la cuisine pour y quérir pommes de terre et éplucheur, qu’elle remet à Antonia. Le sourire de cette dernière a provoqué une étincelle dans le cœur de son gendre, qui la visitait ce jour-là à la Maison de soins palliatifs Vaudreuil-Soulanges.

Quelque temps plus tard, lorsqu’Antonia s’est éteinte, l’étincelle a fait naître en lui le désir d’épauler le personnel de la dernière demeure de sa belle-mère, où elle a reçu, au-delà des soins physiques, la sollicitude qui rend heureux.

La belle-mère de Steve Dennison a vécu 11 jours à la Maison de soins palliatifs Vaudreuil-Soulanges, en février/mars 2017. La qualité des soins prodigués à Antonia et la bienveillante attention qu’on lui a accordée, ainsi qu’à ses proches, ont profondément touché Steve, de même que le reste de la famille.

« J’ai fait connaissance avec l’un des bénévoles, John, qui m’a épaté, avec toutes ces petites choses qu’il faisait pour les patients; apporter une chaise, apporter de l’eau… », relate M. Dennison.

La bougie d’allumage de son désir de travailler bénévolement pour la Maison fut sans contredit cette scène touchante des pommes de terre avec cette « infirmière unique », souligne M. Dennison. Trois semaines après le décès de sa belle-mère, il a rencontré la coordonnatrice des bénévoles pour offrir ses services à la Maison… même s’il travaille à plein temps, occupant un poste de direction au siège social d’une compagnie pharmaceutique située à Montréal.

Il se voue depuis ce temps à l’entretien ménager – nettoyage des espaces communs et des chambres – à tous les deux dimanches (ou plus, au besoin), de 6h à midi. « J’ai toujours donné de l’argent aux organismes à but non lucratif mais c’est la première fois que je donne mon temps », précise-t-il.

À tout moment, il peut déposer balai ou vadrouille, pour tendre l’oreille et le cœur au patient ou à la patiente qui manifeste l’envie de parler avec lui. « Je connais certains patients, et parfois leurs préférences. Ils me remercient mais je les remercie aussi, de m’offrir l’opportunité de parler avec eux. C’est inspirant », laisse-t-il tomber avec un ton émotif en ajoutant qu’il n’aurait pu imaginer cette facette du bénévolat à la Maison avant de se lancer dans cette mission.

Même s’il n’a jamais eu peur de la mort, toutes ces heures qu’il a jusqu’ici passées à la Maison de soins palliatifs ont eu pour effet de la démystifier, affirme-t-il.

Le chagrin peut parfois s’emparer de lui lors d’un décès. Mais si Steve Dennison faisait le décompte des bons et des mauvais dimanches, il compterait beaucoup plus de journées qui ont dessiné un sourire sur son visage.

Comme ce jour où Antonia épluchait les pommes de terre, le cœur en liesse.

Josée Descôteaux, Agente de communication

FMSPVS

jdescoteaux@mspvs.org


 

Le don de soi pour revivre, parce que personne ne devrait mourir seul

Non, personne ne devrait mourir seul: la conclusion n’est pas banale pour Martine Prévost, après le décès d’une personne avec qui elle avait jadis partagé sa vie, alors qu’on lui avait demandé si un bénévole pouvait le veiller pendant ses dernières heures. Cette triste fin de vie a fait jaillir une lueur dans l’œil de la biologiste, alors plongée dans une période sombre de sa vie parce qu’un problème de santé l’avait privée de travail et du droit de conduire. L’isolement fait mal, mais il l’a menée à la mission qui l’a fait revivre : le bénévolat auprès des patients de la Maison de soins palliatifs Vaudreuil-Soulanges.

Elle a scruté au microscope pendant six ans des amas de cellules, pour déceler celles qui étaient cancéreuses. « Ces femmes atteintes de cancer du sein étaient ensuite suivies de près à la Clinique de dépistage où je travaillais. À partir de là, je ne les voyais plus et certaines d’entre elles décédaient quelque temps plus tard. Je me disais qu’en travaillant aux soins palliatifs, je bouclerais en quelque sorte la boucle  », relate Martine Prévost.

Ces pensées trottaient dans sa tête en 2014, après les longs mois de désœuvrement qui ont suivi l’annonce de son propre médecin : elle ne pourrait plus travailler ni conduire pendant deux ans en raison d’un problème de santé. « J’avais perdu confiance en moi, je n’avais plus de réseau social, je me sentais inutile… », raconte-t-elle.

Sa décision de faire du bénévolat prise et l’autorisation de la compagnie d’assurances acquise, elle a cherché son nid, qu’elle souhaitait dans le domaine des soins, mais plus petit qu’un hôpital.

Puis elle a reçu l’appel du médecin de son ex-conjoint, en Colombie-Britannique. Aucun proche ne l’accompagnait et on demandait à Martine si elle consentait à ce que l’on confie à un bénévole la tâche de le veiller. « J’ai bien sûr dit oui et à ce moment, je me suis dit que personne ne devait mourir ainsi seul… c’est venu me chercher… ».

Comme elle réside à St-Lazare, le choix ne  fut pas difficile : elle a rapidement contacté la coordonnatrice des bénévoles de la Maison de soins palliatifs Vaudreuil-Soulanges, où elle a d’abord travaillé à la réception, à partir de mai 2017, puis aux soins depuis novembre de la même année, en moyenne deux jours par semaine. Entre l’aide aux bains, la préparation des défunts et les appels des patients, qui réclament un pichet d’eau ou une oreille attentive, elle a trouvé sa place… et démystifié la mort.

Martine Prévost, elle, revit, pour rendre plus doux les derniers jours des patients de la Maison…

Josée Descôteaux, Agente de communication

FMSPVS

jdescoteaux@mspvs.org


Bénévoles aux événements et au financement, merci!

Les affiches, les bouteilles d’eau, les dépliants, et tous ces mille et un accessoires, outils et équipement qui sont nécessaires pour la tenue d’un événement. Les appels téléphoniques, les lettres d’invitation… L’organisation d’un événement et le travail de financement ne sont pas de tout repos et les bénévoles qui s’attellent à ces tâches sont une denrée indispensable.

Et comme le financement – et les événements qui le nourrissent – sont un maillon essentiel de la chaîne qui permet à la Maison de poursuivre sa mission, la valeur de leur travail est d’autant plus inestimable. Nous ne pourrions multiplier les mercis suffisamment pour égaler cette valeur!

Jocelyne Vautour, Directrice du financement et des communications


Merci à nos bénévoles de l’entretien

Un grand merci à tous les bénévoles qui œuvrent à l’entretien ménager, pendant la semaine et la fin de semaine. Même si on ne se croise pas souvent, nous savons que vous êtes là. Votre ouverture d’esprit et votre capacité d’adaptation facilitent grandement notre travail. Sans jamais ronchonner, de manière autonome et avec le sourire, vous faites de la Maison un « 5 étoiles ».

Laver, frotter, réparer, entretenir, rénover… Vous effectuez toutes ces tâches à merveille. Grâce à votre expertise et à vos conseils en électricité, en rénovation et autres domaines et tâches liés à l’entretien, vous rendez l’équipe plus complète et compétente. Avoir la chance de vous accompagner dans les désinfections de chambre et les travaux d’entretien des planchers, vous voir œuvrer à l’extérieur avec la souffleuse et le déblaiement de la neige…

Quel plaisir de faire équipe tous les jours avec vous. Vous voir embellir nos jardins, désherber les plates-bandes et veiller à ce que la pelouse soit toujours entretenue, constater que les oiseaux (ainsi que les écureuils, les dindons sauvages, les ratons-laveurs, etc!) sont toujours bien nourris : notre satisfaction n’a d’égale que notre reconnaissance. Vous entendre et vous voir discuter avec les patients et les familles au quotidien, c’est un réel plaisir pour les yeux et les oreilles.

Quelle chance nous avons de travailler avec telle une équipe, toujours présente. Un grand merci de faire votre travail de « Main de Maître ».

Mario et Cleni  


Chers bénévoles des services administratifs,

Cette semaine vous est consacrée pour souligner le travail exceptionnel que vous accomplissez avec soin, attention et rigueur. Sans vous, votre bonne humeur, votre entregent, votre professionnalisme et les compétences que vous mettez au service de notre mission, notre quotidien ne serait pas aussi harmonieux.

Vous affichez tout naturellement un sourire si contagieux et réceptif tout à la fois.

Quelques semaines après l’arrivée de Josée, notre nouvelle technicienne comptable, vous avez démontré votre aisance à adopter le changement en vous adaptant à ses méthodes de travail, et ce tout en conservant votre bonne humeur.

La précision et la minutie avec lesquelles vous accomplissez toutes les tâches suscitent notre admiration. Vous êtes assurément indispensables au bon fonctionnement des opérations de notre département, mais également de la Maison.

Merci pour votre don de soi, et merci de nous redonner le sourire les jours où il ne vient pas spontanément. Merci pour votre joie de vivre et merci d’être vous-même avec nous. Merci de nous rappeler les vraies couleurs de l’entraide et de l’amour que vous partagez avec nous par le don de votre temps.

Chacun de vous enrichit notre quotidien et nous aide à transformer notre environnement de travail en un endroit où il fait bon être.

Mais surtout, merci d’être vous, tout simplement. »

C’est le cœur rempli de gratitude que nous vous disons MERCI!

Dominique Bérubé, Adjointe à la direction et

Josée Poulin, Technicienne comptable


La Direction générale vous dit MERCI!

Tout d’abord, je dois vous faire un aveu.

Avant de me joindre à la Maison, je croyais que le bénévolat était plutôt un passe-temps : on donne quelques heures pour se désennuyer et tout le monde en profite.

Dès mes premières journées dans cette Maison, j’ai été surpris de constater que les bénévoles qui y œuvrent  étaient différents. Le bénévolat ici est loin d’être un passe-temps, c’est un mode de vie !

Ici, les bénévoles ne font pas que donner de leur temps, ils choisissent de partager de précieux moments de leur vie avec des personnes qui valorisent chaque seconde qui leur reste, mais également avec ces proches qui vivent les derniers moments avec leur être cher.

Quatre mois après mon entrée en poste, je ne cesse d’être renversé et touché  par vos gestes quotidiens de générosité,  votre implication, votre enthousiasme,  vos initiatives et surtout votre attachement à NOTRE Maison.

Vous avez non seulement transformé ma vision du bénévolat, vous m’avez transformé!  Et vous transformez les personnes qui vous entourent en leur démontrant qu’elles ne sont pas seules dans cette ultime étape de la vie.

Le bénévolat, ce n’est pas un passe-temps, c’est une vocation, c’est une mission. Vous êtes les bâtisseurs d’un monde meilleur et vous faites chaque jour de moi un homme meilleur.

J’aimerais transmettre un message spécial aux bénévoles du Conseil d’administration de la Maison de soins palliatifs Vaudreuil-Soulanges; ces gens qui investissent  leur temps – oui, un grand nombre  d’heures – afin de guider la Direction, en plus d’apporter une contribution financière à la Maison.

SVP,  joignez-vous à moi pour les féliciter et les remercier pour leur apport inestimable : sans eux, la grande équipe de la Maison ne serait pas pareille.

À tous les bénévoles de la Maison, le plus sincèrement possible,  un grand Merci en mon nom mais surtout au nom de tous ceux et celles qui ont profité et profiteront de votre présence exceptionnelle dans notre Maison.

Jean-François Thibert, directeur général


 

On dit qu’il faut tout un village pour…

Dans la cuisine de la MSPVS, on s’affaire à concocter des plats réconfortants et nutritifs pour les patients, leur famille, les visiteurs, les employés et les bénévoles.

Ces repas nourrissent le corps, mais ils sont aussi source de réconfort et offrent à ceux qui les savourent l’opportunité de se rencontrer à table.

Pour atteindre ces objectifs, il faut une équipe.

Cette équipe, c’est l’ensemble de nos bénévoles, qui travaillent sans relâche dans la bonne humeur, le respect et la compassion.

On peut s’impliquer bénévolement à la cuisine de différentes façons. Certains bénévoles offrent un quart de quatre heures et prennent part à la préparation des repas et des plateaux pour les patients, lavent la vaisselle, nettoient et désinfectent, et participent à la réalisation d’autres tâches quotidiennes de la cuisine. Nous sommes ouverts 365 jours par année, alors la tâche est énorme!

D’autres bénévoles apportent leur contribution avec des pâtisseries qu’ils préparent de leur domicile,  emballent et apportent à la Maison, où ils sont offerts à tous.

Nous pouvons aussi compter sur des bénévoles chargés du nettoyage en profondeur, lorsque nous ne sommes pas en période de pointe dans la cuisine.

Nous ne pourrions certainement pas oublier ces bénévoles qui recueillent bouteilles et cannettes en échange d’argent qui permet ensuite de nous procurer de l’équipement et des outils de cuisine. De généreux donateurs pourvoient à une partie de nos besoins en nourriture et café et / ou organisent des campagnes de financement pour que nous puissions acheter le nécessaire pour la cuisine. Nous avons même fait l’acquisition de nos fours grâce à ces moyens!

Des amis s’entraident pour aménager l’horaire du samedi soir, pour assurer la présence de deux bénévoles pour épauler les employés lors de ce quart de travail difficile à combler.

Certains bénévoles nous appuient au cours de la période des Fêtes ou à d’autres moments de l’année en devenant « chef d’un jour » pour la préparation des repas et l’organisation et la livraison des plateaux, lorsqu’aucun membre du personnel n’est disponible.

Même notre inventaire est entre les mains d’un couple de bénévoles qui effectue sa mise à jour.

Nous ne le répéterons jamais assez : nous sommes privilégiés de travailler avec une équipe de bénévoles aussi dynamiques, vaillants et attentionnés, sans qui toutes nos réalisations ne sauraient être accomplies. C’est pourquoi les membres du personnel les remercient de tout cœur : la contribution de chacun d’entre vous est essentielle pour nos patients, leur famille, les employés et les autres bénévoles.

Samantha Vince, Tanya Hassanein, Sharon Thomas, Hannah Chrosciel


Merci aux bénévoles de la réception

Dans le regard de tous ceux et celles qui entrent à la Maison, nous pouvons sentir le bien-être d’être accueilli par une personne souriante, joviale, aidante et à l’écoute. Dès 8 h 30 et cela, jusqu’à 20 h 30, les responsables de la réception sont au poste et disponibles 7 jours sur 7, 365 jours par année.

Le téléphone sonne… c’est un appel pour l’occupant(e) d’une chambre. La sensibilité de votre voix sécurise l’appelant qui désire parler à son proche malade. Le téléphone sonne encore et l’acheminement des appels aux employés se fait avec le sourire. Encore une fois, une sonnerie se fait entendre pour le poste des infirmières et c’est avec délicatesse que vous transférez l’appel au poste des soins.

Un visiteur arrive. Il attend l’ambulance qui arrive avec son proche qui sera admis à la Maison dans les prochaines minutes. Vous prenez le temps de lui souhaiter la bienvenue et tout de suite, cette personne s’apaise. Elle ressent la tendresse et appréhende tout le respect dans les soins qui seront prodigués à son proche. L’ambulance arrive. Vous téléphonez au poste pour aviser les infirmières… puis vous restez silencieux et disponible pour tous.

Lorsqu’un membre d’une famille partage son histoire, vous êtes là pour écouter.

Toute l’année, nous pouvons compter sur vous pour les nombreux envois postaux, la vente de billets de tirage, le transfert d’informations pour la Campagne de Poinsettias, la Marche, et tant d’autres tâches que vous accomplissez pour faciliter le travail des employés. Pour toutes les fois où on vous a demandé de couper, plier, ranger, numéroter, étiqueter, emballer ou modifier des documents, des dépliants, des brochures, des cartes, des cartons d’invitation… MERCI! On ne pourrait pas y arriver sans vous!

Vous êtes un arc-en-ciel de couleurs, constitué de la personnalité de chacun et chacune d’entre vous et c’est ce qui donne à la Maison sa teinte unique, visible dès notre entrée. En quelques mots : merci d’être là, merci d’être vous et MERCI!!!!

Mireille Fink et Susan Bednarski, Coordonnatrices des services bénévoles


Nos bénévoles au cœur des soins

Préparer la salle de bains avec plein de petites attentions  pour accueillir celle qui n’a pas eu de bain depuis bientôt un an

Courir pour aller chercher une couverture chaude et envelopper ce corps frissonnant qui, heureusement, s’endormira paisiblement

Être la main de plus qui soutient ce corps affaibli pendant qu’on lui prodigue des soins d’hygiène

Frotter le linge souillé puis le laver, sécher, plier  avec une tendre attention comme si c’était celui de son propre enfant

Prendre tout le temps qu’il faut pour recueillir les commandes pour les repas dans chacune des chambres

Aider à prendre la toute dernière bouchée de ce dessert qu’elle adorait

S’asseoir et l’écouter attentivement lorsqu’il confie son histoire de vie

Se présenter dans cette chambre avec son salon de coiffure dans une valise et de quelques coups de ciseau, faire apparaître une princesse ou un prince

Offrir son talent en se servant de la clé de sol pour laisser entrer la musique dans la tête et le cœur de tous

Être les mains qui font oublier la douleur, qui massent avec tant d’amour… tout cela pour un câlin!

Demeurer au chevet de celle qui est seule et qui va bientôt s’éteindre

Moppe à la main, lui  piquer une petite jasette, tout en s’assurant que tout soit en ordre et propre dans sa chambre, son dernier chez-soi

Trouver le bon moment, le bon mot pour faire rire patients et familles

Être celle qui, avec ses doigts de fée et sa patience, transformera cette couverture fatiguée en objet d’un dernier hommage à ceux qui nous quittent

Partager son compagnon canin qui dessinera des sourires partout où il déposera ses quatre petites pattes poilues

Porter fièrement un kilt pour servir à déjeuner à cette dame afin de lui rappeler son amoureux écossais

Mettre son sous-sol sens dessus dessous pour trouver un film ou un livre qu’il aurait tant voulu revoir ou relire

Ce ne sont que quelques exemples de gestes gratuits, généreux et profondément humains : ce sont vous, nos bénévoles aux soins, qui les posez quotidiennement.

Vous ajoutez  la dernière touche aux soins de qualité que nous voulons offrir à nos patients et à nos familles

Vous êtes non seulement importants, vous êtes essentiels et vous êtes précieux !

Toute l’équipe des soins – médecins, personnel infirmier et préposées – s’unissent pour vous dire haut et fort un MERCI admiratif et sincère.

Monique Sasseville, Directrice des soins infirmiers


Quand le soleil se lève…

Le soleil est à peine levé qu’un bénévole sirote déjà son café. Assise à la table, souriante et bienveillante, cette personne profite de son temps. Elle prend le temps de vivre pleinement, de respirer profondément et se prépare pour sa journée. Printemps comme été, le choix de faire du bénévolat est ancré dans cette personne. Automne et hiver durant, le soleil l’accompagnera dans chacune de ses présences de bénévolat. L’endroit où elle se rend ce matin contribue à insuffler du bonheur dans son cœur. Certains diront : « Pourquoi donnes-tu ton temps aux soins palliatifs? Je ne comprends pas pourquoi tu décides de t’investir dans cet endroit triste et déprimant ». Le bénévole répondra : « Parce que c’est lumineux et parce qu’il fait bon y vivre ».

Le soleil se lève aujourd’hui… Il est beau, il est chaud, il est réconfortant. Nous le partageons tous ensemble, ce soleil, aujourd’hui.

Comme tous les matins depuis près de huit ans, les bénévoles entrent dans la Maison, lumineux et heureux. Leur sourire et leur bienveillance accompagnent chacun de leurs pas. Ils offrent un accueil aux visiteurs et aux patients lorsqu’ils arrivent par la grande porte afin qu’ils puissent vivre leur derniers moments ensemble. Les bénévoles préparent des repas, vadrouillent le plancher, offrent des soins et des câlins, coiffent, offrent des massages, jardinent, travaillent à l’entrée de données, nous apportent des pâtisseries, entretiennent la pelouse et accomplissent tellement d’autres tâches que je n’ai pas nommées. Les bénévoles prennent le temps de vivre pleinement tous les moments à la Maison.

Le soir, lorsque le soleil se couche, les bénévoles continuent à œuvrer à rendre meilleur chaque moment partagé. Une bougie sera allumée quand le dernier instant de vie d’une personne se sera éteint. Dans une grande délicatesse, un sourire sera offert et une main sera tendue en signe de respect pour la famille qui poursuit son chemin.

À la tombée de la nuit, la tête posée sur l’oreiller, chaque bénévole doit se rappeler que sa contribution a changé la vie de milliers de personnes. Au petit matin, j’aimerais que chaque bénévole prenne le temps de revivre le moment où il a fait le choix de venir aider à la Maison. Ce moment où il a fait le choix de s’investir bénévolement a transformé nos vies à tous; employés, partenaires, visiteurs et patients.

Tous les matins, je prends mon café. Je pense à cette équipe de bénévoles qui vient nous aider. J’ai le privilège d’être la personne qui les rencontre, qui écoute leur histoire et leur parcours de vie lors de l’entrevue, et qui les guide dans l’orientation de leur bénévolat. Ces bénévoles, hommes et femmes, jeunes ou plus âgés, chefs d’entreprise, retraités de différents milieux, mamans à la maison, étudiants ou encore en préparation de retraite ont choisi de vivre pleinement et d’aider quotidiennement les gens qui verront bientôt le soleil se lever pour une dernière fois.

Merci de faire partie de nos vies et de rendre chaque lever de soleil encore plus lumineux.

Mireille Fink, Coordonnatrice au bénévolat